Qu’est-ce qui fait qu’une thérapie fonctionne?

1re étape : le principal ingrédient du changement est ce que le client fait pour changer sa situation, sa perception, ou sa compréhension de ce qui doit être modifié


Ce qui fait qu’une thérapie fonctionne peut se résumer à une convergence au niveau de la compréhension suivie d’actions de la part du client ou de la cliente. En effet, le thérapeute a une expérience et une perception dont il souhaite que le client fasse usage. Quand le client s’exprime, le thérapeute tente de percevoir ce qui est contenu dans ses paroles, gestes, mimiques, silences, hésitations et résistances. Il s’agit dans un premier temps de comprendre ce que le client tente d’exprimer. Par la suite, le thérapeute reprend les propos au client, en ajoutant sa compréhension, en fournissant des images, des anecdotes, des interprétations, etc. Bref, il soumet au client sa propre compréhension.


2e étapele patient découvre qui il est et bénéficie d’une marge de manœuvre


Habituellement, le client va développer sa propre compréhension de ce qui se passe, car c’est lui ou elle qui sait ce qui se passe, chaque jour, chaque fois. À la deuxième étape, la personne commence à percevoir qui elle est, et au lieu d’être en réaction constante, elle commence à développer une certaine marge de manœuvre. En fait, il se produit le même phénomène pour le comportement que pour la vessie : quand la vessie du bébé est pleine, elle se vide par réflexe. L’enfant n’est même pas conscient de ce qui se passe avant d’être tout trempé! Dès lors, il vit une situation agréable : c’est chaud. Après, quand ça devient plus froid, il se sent inconfortable alors il pleure. S’il est chanceux, il est changé dans des délais raisonnables. Avec le temps, l’enfant apprendra à mesurer la pression dans sa vessie, il devient conscient.


3e étapecomprendre ce qui se passe et agir


De la même façon, l’individu aux prises avec un problème n’est pas conscient, du moins au début. Plus tard, avec l’expérience, la répétition, de nouveaux apprentissages vont s’installer, de nouvelles réactions émotives vont avoir lieu. Par exemple, si une personne est impulsive, la « pression » est souvent trop forte. Elle n’a pas de délai entre l’impulsion et sa « réaction spontanée ». Avec la thérapie, la personne gagne un délai et peut souvent savoir exactement ce qui se passe et, ensuite, intervenir autrement et plus efficacement.


Si vous avez des questions, n’hésitez pas à contacter Jacques St-Onge à Victoriaville.

VOUS POUVEZ ÊTRE AIDÉ!

Prenez rendez-vous
Tous droits réservés Jacques St-Onge 2017 - Mention légale
Création de

Mention legale